Saturday, February 2, 2013

International Albert Camus Colloquium "Topography and Toponomy"

The theme of the two-day colloquium, “Topography and Toponymy,” addresses the role of physical space (topography) and place names (toponymy) in Albert Camus’ works and will bring together Camus scholars from around the world, including Algeria, Canada, China, France, Lebanon and the United States.


in French:


Boise State University (Boise, Idaho, États-Unis)



18 et 19 avril 2013

Conférenciers d’honneur : Agnès Spiquel 



et Raymond Gay-Crosier



Depuis la publication de Noces (1939), l’on peut reconnaître la relation foncière qu’a toujours entretenue Camus avec la nature. Il suffit d’ailleurs de lire La Mort heureuse, ouvrage publié à titre posthume mais écrit dès 1937, lorsque Camus avait 24 ans, pour constater d’une part le caractère charnel de ce lien avec le monde naturel et, d’autre part, la complexité des relations humaines qui tantôt attirent tantôt importunent le protagoniste camusien. Aussi pourra-t-on considérer l’oeuvre de Camus comme la mise en scène d’un tiraillement continu entre l’univers de la nature et le monde des hommes. Si le narrateur de « L’été à Alger » se réjouit de « la mer au tournant de chaque rue, un certain poids de soleil, la beauté de la race », le docteur Rieux quant à lui n’hésite pas à déplorer, dans La Peste (1947), « l’insignifiance du décor » de la cité d'Oran d’où il est impossible d’apercevoir la mer. Ce déséquilibre entre l’être humain et le milieu naturel ne fait que s’accroître dans L’Exil et le royaume (1957).
La tension qui existe entre l’endroit (que l’on pourra concevoir ici comme le monde naturel) et son envers (le monde des hommes qui s’érige en juxtaposition avec ce premier) s’avère donc d’une importance incontestable dans l’oeuvre de Camus. Tandis que la topographie s’impose à l’être humain, ce dernier impose la toponymie au terrain. Or, jusqu’ici, la topographie (la configuration du terrain) reste, en ce qui concerne les études sur Camus, un sujet relativement peu exploré ; et la toponymie (l’étude des noms de lieux) l’est encore moins. À l’occasion du centenaire de la naissance du prix Nobel de littérature 1957, nous avons donc choisi pour thème du colloque que nous organisons en 2013 la topographie et la toponymie dans l’oeuvre camusienne.
Nous vous invitons à nous faire parvenir vos propositions de communication (en français ou en anglais) privilégiant l’un des deux axes suivants:

Topographie : contexte topographique (rural, montagneux, urbain ou autre) dans un ou plusieurs passages ou textes camusiens ; rapports entre l’intrigue et l’espace ; rapports entre le protagoniste camusien et le terrain (naturel ou humain) ; évolution topographique dans un ou divers textes ; tensions topographiques ; « philosophie topographique » de Camus…

Toponymie : présence et choix des toponymies dans l’oeuvre camusienne -- quelles trouvent leur origine dans un lieu naturel (montagne, plateau, rivière, plaine, étendue d’eau, etc.) ou un milieu humain (rue, place, monument, ville, etc.) ; signification toponymique dans l’oeuvre camusienne ; transformation ou évolution des toponymies…


Responsable : Jason HERBECK



 et Vincent GRÉGOIRE


Adresse : 1910 University Dr.Boise, ID 83725-1530United States