Monday, July 3, 2017

Toponymie littorale aux îles Marquises, Fenua ‘Enata/Henua ‘Enana, Polynésie orientale

Revue d'ethnoécologie

Coastal toponymy in the Marquesas Islands, Fenua, ‘Enata/Henua ‘Enana, Eastern Polynesia (French Polynesia)
Pierre Ottino-Garanger et Marie-Noëlle Ottino-Garanger

Résumés
Richesse du patrimoine culturel, les toponymes traduisent des connaissances, transmises de générations en générations, et concernent la totalité du territoire. Chaque nom de pointe, récif, pan de falaise, baie, crique ou haut-fond… témoigne de la parfaite identification du lieu, de son usage, de divers savoirs et activités qui s’y rattachent. Ils renseignent sur des traits naturels, des caractères et événements marquants, parfois ils évoquent une histoire, font référence à des temps mythiques, des divinités et héros locaux, souvent pan-polynésiens. Ils témoignent surtout de l’importance du littoral et de la mer dans la culture marquisienne, où la pêche et les pêcheurs tiennent une place prépondérante, aujourd’hui toujours et plus encore aux temps anciens. La toponymie y est très riche, assez bien conservée, mais forcément géo-localisée comme le sont encore, d’une certaine façon, bien des habitants, vivant dans des îles et des vallées encore séparées, malgré l’évolution des communications. D’où l’importance d’aller sur place, dans chaque lieu habité des 6 îles, soit une trentaine de vallées, plus ou moins facilement accessibles, pour recueillir le maximum de toponymes, auprès des seuls connaisseurs du lieu. Le nécessaire partage des savoirs, la collaboration entre acteurs, stimulent la mémoire, mobilisent des souvenirs, permettent ainsi de retrouver noms, localisations et usages, dont la mise en commun aboutit à une restitution étonnamment riche. Le support des cartes favorise l’implication des populations dans les procédures d’acquisition, d’échange, de validation et de restitution des connaissances. La participation spontanée des personnes permit de recueillir plusieurs centaines de toponymes. Beaucoup reste à faire pour traduire le substrat culturel sous-jacent à ces noms de lieux.
Haut de page