Saturday, April 8, 2017

Origine des noms à Malte

à lire

de Mario CASSAR

  1. Introduction
  2. Quelques réflexions en vrac
  3. Organisation des noms de familles maltais
  4. La théorie de Hull sur la colonie Girgenti
  5. Premiers recensements et classement des noms
  6. Le recensement de 2005 et les noms maltais les plus communs
  7. Le panthéon des noms de famille maltais
  8. Fréquence par emplacement
  9. Un aperçu de Gozo
  10. L'échantillon 'australien' parallèle
  11. Mots apparentés et doublets
  12. Noms multiples
  13. Noms disparus
Texte publié avec l'aimable autorisation de Mario CASSAR

Introduction

Malte (ancienne Melita) est le nom de l'île principale d’un archipel de la Méditerranée aussi composé Gozo, Comino, et d’un certain nombre d'îles inhabitées, sur une surface totale d'environ 316 km2. Il se trouve à environ 93 kilomètres (58 miles) de Capo Passero, la pointe sud de la Sicile, et environ 289 km (180 miles) au sud-est de Cap Bon, le point le plus proche en Tunisie. Ancienne colonie britannique, Malte a obtenu son indépendance en 1964 et est devenu une république en 1974. C'est aujourd'hui un État souverain démocratique au sein du Commonwealth britannique et l'Union européenne. Sa langue nationale est le maltais et l'anglais est une deuxième langue officielle. En 2005, l'espérance de vie était de 77,7 pour les hommes et 81,4 ans pour les femmes (1). Les taux de naissance, de décès et mariage s'élève à 9,56 à, 7,76, et 5,88 (2). Le nombre d'arrivées d'immigrants au cours des dernières années était de 339 (en 1999), 450 (en 2000), et 472 (en 2001). Les chiffres pour les départs d'émigrants (hors migration non enregistrée) étaient de 67 (en 1999) et 67 (en 2000) (3). Selon le recensement de 2005, la population s'élève à 404 962 (4).

De même source, le nombre de ressortissants étrangers vivant à Malte a atteint 12 112. Cela signifie que seulement 392 850 (194 907 hommes et 197 943 femmes) soit 97% de cette population sont en fait maltais. Plus d'un tiers sont Britanniques (4713). Toutefois, selon le British Institute for Public Policy, à l'heure actuelle il y a quelques 9000 Britanniques vivant à Malte, dont 3597 retraités qui ont choisi Malte comme lieu de retraite (5).
Malte a été habitée dans les temps anciens par une race méditerranéenne, dont les monuments mégalithiques datant du quatrième et troisième millénaire avant notre ère, sont encore conservés à ce jour (6). Les Phéniciens ont introduit une culture sémitique orientale à partir de la seconde moitié du VIIIe siècle avant J.-C., leurs successeurs, les Carthaginois, ont mis un régime politique méditerranéen au cinquième siècle avant Jésus-Christ. Cet héritage punique, qui est évidemment partagé par la Sicile et le sud de l'Italie, s’est brutalement en 218 avant JC quand au cours de la deuxième guerre punique, les îles ont été annexées à l'Empire romain. Les Romains annexés les îles maltaises à leur première province étrangère, la Sicile (7).
Le Christianisme est arrivé progressivement Malte au cours du premier siècle de notre ère, mais il a pris plus d’importance lorsque Rome est devenu le siège de la religion. Dans la période allant de la seconde moitié du Ve siècle à la première moitié du VIe siècle, Malte a été occupé par des hordes barbares, les Vandales d'Afrique du Nord et les Ostrogoths d'Italie. Malte a inclue dans l'Empire byzantin en l'an 535 lorsque la Sicile et les îles voisines ont été conquis par le général Bélisaire de Justinien (8). L'île fut ensuite gouvernée par les Arabes, les Normands, les Souabes, les Angevins, les Aragonais, les Chevaliers de St Jean, les Français, et les Britanniques. La chronologie historique de ces périodes est traitée en détail dans les chapitres suivants. Ils sont, après tout, à l’origine du répertoire des noms de famille maltais, qui, ne peut s'expliquer qu’à la lumière des conquêtes et des sphères d'influence.
Malgré sa taille presque négligeable, l’histoire colorée et mouvementée de Malte a permis un flux constant de noms de famille étrangère. Son réservoir de nom de familles est vraiment étonnant, peut-être expliqué aussi par la surpopulation. Un total de 12 310 noms de famille a été enregistré lors du recensement de 2005. 9507 personnes (2,3% de la population) portaient des noms doubles, alors que 8965 personnes (2,2% de la population), pour des raisons diverses ne portaient pas de nom.
L'origine des noms de famille vient d’une caractéristique ou d’une particularité de leurs porteurs, mais aujourd'hui, ils ont perdu cette caractéristique et sont davantage des étiquettes indiquant simplement l’appartenance à la famille. Il est très facile de négliger leur caractère ethnique, alors qu'en réalité de notre patrimoine assimilé à notre nom de famille. Cette marque très intime est notre seul lien historique traçable de notre bien le plus précieux et vital, notre corps particulier, peu importe la façon que nous le percevons. Comme Ralph Waldo Emerson dit si bien : «Nous sommes la somme de nos ancêtres».
Les étrangers qui cherchent une explication à propos des Maltais, peuvent être étonnés d'apprendre que ce pays a eu des premiers ministres avec un nom de famille anglais, comme Joseph Howard et Gerald Strickland, d'autres étaient italiens, comme Paul Boffa, Enrico Mizzi, Alfred Sant et Laurence Gonzi.
Il y avait aussi certains avec des noms d'origine arabe comme Francesco Buhagiar, Ugo Mifsud, et Dom Mintoff, tandis que trois autres avaient un nom composé de deux origines, George Borg Olivier, Edward Fenech Adami, et Karmenu Mifsud Bonnici. Ils étaient tous maltais et ne s'étaient jamais interrogés là-dessus (9).
La langue maltaise est d'origine sémitique avec une structure Romance. Dans la seconde moitié du 20e siècle, sous l'influence anglaise, la langue a adopté de nouveaux mots d'origine anglo-saxonne. Conformément au modèle de l'évolution de la langue maternelle, les noms maltais se divisent en trois grandes catégories, (a) des noms de famille appartenant à la souche sémitique, (b) les noms de famille appartenant à la Romance, à leur tour divisés en deux catégories, (i) ceux qui proviennent de la fin du Moyen Age et de la Renaissance, et (ii) ceux qui ont présents depuis l'aube des temps modernes, et (c) la vague anglaise, irlandaise, allemande, slave et d'autres noms d'origine européennes venant des mariages mixtes plus récents.
Le nombre de noms de famille d'origine sémite n'est que de cinquante environ, mais chacun d'eux est porté par un nombre important de familles à Malte et Gozo, alors que la plupart des noms romans et européens plus modernes, plus nombreux, sont portés par un petit nombre de familles, dans certains cas, par juste une poigné (10). En fréquence, les douze premiers noms sémitiques à Malte sont Borg, Farrugia, Zammit, Micallef, Cassar, Mifsud, Caruana, Agius, Fenech, Bugeja, Gauci, et Sammut; tandis que les douze premiers noms de famille non-sémitiques sont Camilleri, Vella, Galea, Grech (pour Greco ou Grechi), Attard (pour Attardo / i), Spiteri, Azzopardi, Muscat (pour Moscato / i), Schembri, Abela, Pace, et Gatt (pour Gatto / i) (11).
Notes :
  1. Demographic Review 2007, Malta: National Statistics Office [NSO], 2008, p. 48.
  2. Demographic Review 2007, pp. 20, 30, 49. Crude rates are calculated according to occurrencies per 1,000 in total mid-year population.
  3. European Union Encyclopedia and Dictionary 2005 [EUED], London: Europa Publications, 2004, p. 510.
  4. The estimated population of Malta at the end of 2007 stood at 410,290. Cf. Demographic Review 2007, p. vi.
  5. This statistical discrepancy can only infer that many Britons have only sojourned on a part time basis. In October 2006, Dr Tonio Borg, then Minister of Internal Affairs, acknowledged that 18,646 foreigners held a local identity card. 9,937 of these came from EU states. If one compares these numbers with the findings of the London Institute, it transpires that almost half of the foreign inhabitants in Malta hail from Great Britain; these amount to 90.6% of all EU residents. Cf. Il-Mument, 17/12/2006.
  6. Cf. D. H. Trump, Malta: Prehistory and Temples, Midsea Books, Malta, 2002.
  7. Cf. A. Bonanno, Malta: Phoenician, Punic, and Roman, Midsea Books, Malta, 2005.
  8. Cf. A. Bonanno, ‘Malta during Phoenician, Roman, and Byzantine Times: Outside Influence and Original Traits’, in K. Gambin (ed.), Malta - Roots of a Nation: The Development of Malta from an Island People to an Island Nation, Malta: Heritage Malta, 2004, pp. 45--54.
  9. E.V. Saliba, ‘The Roots of Independence’, The Sunday Times [of Malta], 22/4/07.
  10. J. Aquilina, ‘A Comparative Study in Lexical Material Relating to Nicknames and Surnames’, Maltese Linguistic Surveys, Malta: The University of Malta, 1976, p. 191.
  11. Camilleri admittedly provides a sort of conundrum; although deriving from Italian cammelliere, the term itself summons Siculo-Arabic nisba al-qamillari (‘camel driver’).