Tuesday, March 24, 2015

Théorie du nom propre et recherche onomastique


http://praxematique.revues.org/1383

Théorie du nom propre et recherche onomastique

Paul FABRE
p. 9-25

Résumé

Il est devenu habituel de reprocher à l’onomastique de ne pas définir clairement son objet d'étude et de n’être pas à même d’en faire la théorie. Ces critiques méritent attention à condition d’être formulées à bon escient. L’onomastique est héritière de son histoire. Au XVIIIe s., la Grammaire générale a dégagé des catégories de noms de lieux et de personnes et a tenté de définir le nom propre en nature. La démarche philologique, qui a par la suite supplanté cette recherche, s’est appliquée à réduire en diachronie le nom propre à l’appellatif lui donnant naissance. Sa pertinence et ses limites sont celles de la linguistique historique. Mais des onomasticiens ont aussi présenté des réflexions théoriques repérant le nom propre en termes de tendances ; les difficultés alors éprouvées ont été du même ordre que celles rencontrées au plan syntaxique. L’onomastique contemporaine demeure pragmatique ; elle comprend le nom propre comme l’effet d'une convention qui fait franchir à l’appellatif « le seuil du nom propre », à partir duquel le sens devient second et la désignation référentielle première. Le nom apparaît ainsi comme une fonction plutôt que comme une catégorie et cela engage l’onomastique à s’orienter vers des descriptions socio-linguistiques.